La page blanche

Divers sentiments

Tétanisée. J'ai été tétanisée. Mon coloc est arrivé ce midi avec 3 collègues de travail et ils se sont installés à table pour manger ensemble, moi je suis restée sur le canapé leur tournant le dos et j'ai respiré le malaise par tous les pores de ma peau. J'étais incapable de les regarder, d'ouvrir la bouche pour parler, incapable de réfléchir à des choses sympas à leur raconter, à l'intérieur c'était la panique totale. J'ai cru que mon coloc ne m'avait pas avertie, sérieusement, j'étais complètement prise au dépourvu mais ce n'est que bien plus tard, trop tard, que (...)

Rêve

Cette nuit j'ai rêvé de David. Il m'avait envoyé une autre carte postale sous enveloppe comme pour la précédente. Toulouse. Il y avait joint une lettre qu'il avait écrite comme pour la précédente et avait également écrit au dos de la carte. Un gentil message. C'est tout. Impossible de me rappeler ce qu'il disait dedans. (...)

Son magnifique regard

David prend toute la place dans ma tête. Et son absence rempli mon horizon. J'ai changé le fond d’écran de mon portable pour une photo de lui, désormais il m'observe en permanence avec son magnifique regard même s'il ne le sait pas. Shhhut, c'est un secret ! Je pourrai passer des heures à regarder cette photo sans m'en lasser, en fait je pourrai passer ma vie entière à le faire, mais j'aimerais encore mieux passer ma vie entière à regarder son visage en chair et en os, à entendre sa voix, son rire... J'ai la certitude de vouloir passer toute ma vie avec lui, de l'aimer d'un (...)

Hier et aujourd'hui

Hier : Je sens que mes antidépresseurs commencent tout juste à faire leur effet sur moi, j’ai eu le courage aujourd’hui de sortir prendre l’air plutôt que de rester clouée toute la journée sur le canapé, ça m’a fait du bien. C’est les antidépresseurs. Mais je sais bien que je suis encore fragile, le bout du tunnel est encore loin... J’ai eu d’autres flashs dans la journée, dans la soirée aussi. Je ne sais pas comment les chasser, ça me fait du mal, un incendie ravageur brûle en moi, tout change quand ces images défilent devant mes yeux en quelques dixièmes de (...)

Make It Rain

Hier, j'ai eu des flashs toute la journée, et ça me brisait le cœur. Manchester. Je n'oublie pas Manchester. Fox m'a demandé si mon ex me manquait, je croyais qu'oui, mais en fait je ne pense pas que ce soit le cas, je me suis habituée à son absence même quand il était dans la pièce, quand on était encore ensemble. C'est Manchester qui me manque surtout. (J'ai juste envie de dire aux gens : Allez vous faire foutre avec vos histoires de bonnes résolutions, juste, laissez-moi tranquille, laissez-moi vivre dans mon coin sans toutes ces choses ridicules). (...)

Un titre

La page blanche. C'est un titre qui me plaît bien. J'ai hésité un moment avant de recommencer un nouveau journal sur le site. Pendant des jours j'ai pensé qu'il était préférable que je m'en abstienne pour un millier de raisons mais venir ici pour lire ceux des autres ne me suffit pas, j'ai besoin d’écrire, pour moi, pour évacuer. J'ai cru les premières secondes qu'il me faudrait un temps fou pour remplir la tâche ardue qu'est de trouver un titre à ce nouveau journal mais en fait l’idée m'a traversé l'esprit en un éclair foudroyant, pas de place au doute, c'est ce qu'il me (...)

Damien

Ok... Euh... Ok, ok... Ce matin, 13h, je me lève avec ces mêmes pensées : "Qu'est-ce que je vais faire aujourd'hui ? Qu'est-ce que je vais faire de ma vie ? Qu'est-ce que je vais faire de moi ?" puis je descend à la cuisine pour grignoter un truc, comme d'habitude. La musique à fond dans les oreilles, encore de la vaisselle qui m'attend... Damien m'a envoyé des snaps. Damien et moi on ne se connaît pas vraiment, je l'ai "rencontré" sur un site de rencontres, comme la plupart de mes derniers contacts. C'est lui qui m'a trouvée, il m'avait envoyé un message plein de joie de vivre, (...)

Mon plus grand rêve

Ce n'est pas la première fois que je fais ce rêve et ce n'est peut-être pas la dernière, je me réveillerai probablement un matin avec le souvenir d'une fin différente, qui sait ? Si les choses changent, si je change. Beaucoup de gens dans un aéroport. Une longue queue. Plusieurs. Des portiques et des agents de sécurité, des détecteurs de métaux, des valises partout. Un grand espace lumineux et un plafond haut. David. J’étais essoufflée, j'avais couru comme si ma vie en dépendait, je voulais le voir, le retenir, je devais lui parler. À mesure que je m'approchais mon courage (...)