La page blanche

Divers sentiments

Tétanisée.

J’ai été tétanisée. Mon coloc est arrivé ce midi avec 3 collègues de travail et ils se sont installés à table pour manger ensemble, moi je suis restée sur le canapé leur tournant le dos et j’ai respiré le malaise par tous les pores de ma peau.
J’étais incapable de les regarder, d’ouvrir la bouche pour parler, incapable de réfléchir à des choses sympas à leur raconter, à l’intérieur c’était la panique totale. J’ai cru que mon coloc ne m’avait pas avertie, sérieusement, j’étais complètement prise au dépourvu mais ce n’est que bien plus tard, trop tard, que j’ai découvert sur mon portable qu’il m’avait envoyé un texto à ce sujet avant qu’ils n’arrivent. Foutu téléphone, je n’ai pas été notifiée…

Pour cacher mon malaise j’ai fait mine de monter à l’étage ranger mon ordinateur portable et y suis restée un moment à me prendre la tête avec ma conscience. Quelle image leur ai-je renvoyée ? Celle d’une fille mal élevée et associable.
Je me suis forcée à redescendre sans savoir comment rentrer dans la conversation, comment faire connaissance, ni comment faire pour me détendre un peu. À ce moment-là ils sont montés pour une rapide visite de l’étage et il était déjà l’heure de repartir.
Après leur départ je ne me suis pas sentie mieux.

Je ne suis pas douée pour faire des rencontres auxquelles je ne suis pas préparée, pour faire des rencontres tout court même, et il faudrait que je vois un psy…

__________________

Damien m’a téléphoné il y a trois jours et s’est montré très insistant pour que je vienne le voir un week-end. En ai-je envie ? J’y ai beaucoup réfléchi et je suis partagée face à cette question, mais plus j’y pense et plus le contre l’emporte sur le pour. Il m’a dit qu’il lui tarde que je vienne pour que ses impressions se confirment et pour moi ça signifie le début d’un couple, la naissance de sentiments… Il m’a expliqué qu’il a eu beaucoup de déceptions amoureuses et est célibataire depuis plusieurs années parce qu’il attend de trouver une fille qui correspond à ses critères, et il semblerait que je sois cette fille-là, donc il n’a pas l’intention de me laisser filer aussi facilement après une aussi longue attente mais, malgré le fait qu’on soit sur la même longueur d’onde, qu’on veuille les mêmes choses, je ne me sens pas capable d’être en couple avec lui. D’être en couple tout court.
À l’heure actuelle j’ai besoin d’être célibataire, d’être indépendante, d’avoir mon espace à moi, de profiter de la vie et de ma jeunesse et de papillonner avec les mecs de temps en temps. Je sais que je ne pourrai pas le rendre heureux, être honnête avec lui au sujet de David, l’aimer, lui rester fidèle… C’est une relation qui va me demander beaucoup d’énergie, une énergie que je n’ai pas, et si je décide de quand même me lancer dedans je sais déjà comment ça va finir, je ne suis pas intéressée.
Il me ferait des cadeaux de temps en temps or je ne veux pas me faire offrir quoique ce soit, il m’envoie parfois des messages pleins de tendresse et me complimente puis s’offusque parce que je ne répond que par un simple smiley, il attend déjà de moi que je lui fasse de grandes déclarations pour lui témoigner le bonheur qui m’envahit quand il fait ça, et ça commence à me piquer

Lors de notre conversation on a discuté de son projet de partir vivre un an à Tokyo (ou Osaka, je ne sais plus vraiment...) pour y étudier la langue parce qu’il veut monter une entreprise d’import-export entre la France et le Japon et il m’a demandé si, dans l’hypothèse où on serait en couple d’ici là, j’accepterai de le suivre là-bas. Ma curiosité et l’appel de l’aventure m’ont fait répondre oui, c’est alors qu’on a vaguement parlé des visas, du budget des transports, de la nourriture et du logement avec enthousiasme.
Le problème c’est que maintenant il croit dur comme fer que je l’accompagnerai et en tant que petite-amie. De mon côté je ne me fais pas d’illusion, en début de l’année prochaine je ne pourrai pas me permettre de partir, j’ai des dettes à rembourser et j’aurai des saisies sur mon salaire tous les mois jusqu’à ce que les compteurs soit remis à zéro, ce qu’on ne me prendra pas ira dans le loyer et les factures à partager avec mon colocataire, dans la nourriture aussi parce qu’il faut bien manger pour survivre et je ne pourrai probablement rien mettre de côté pour partir m’installer à Toulouse avant très longtemps.
Damien devra soit partir sans moi, et dans ce cas nous ne nous verrons pas pendant un an, soit attendre encore un ou deux ans voire plus, pour que nous partions ensemble.
Clairement : Je ne me vois pas du tout l’attendre aussi longtemps et surtout sans aller voir ailleurs tout en sachant d’avance que je ne suis pas prête à me remettre en couple avec quelqu’un, qui plus est, aussi exigeant que lui. Du coup je ne me vois pas non plus lui demander de m’attendre pour partir vivre son rêve, pour rien au final.

Je voudrais qu’on soit tous les deux amis, peut-être même un peu plus mais en restant libre chacun de son côté pour le moment. J’aimerais avoir quelqu’un pour me tenir chaud dans le lit les périodes où je me sens seule et un meilleur copain le reste du temps pour les années à venir, et un petit-ami amoureux, un couple basé sur l’honnêteté et l’exclusivité, plein de marques d’affections et de projets en commun pour plus tard, quand je me sentirai prête à m’engager plus sérieusement.
Je trouve que les choses vont déjà trop vite avec lui même s’il m’a dit vouloir prendre son temps pour être sûr, même prendre le temps qu’il faut est déjà une pression pour moi, je me vois déjà essayer de retarder une rencontre avec lui, inventer des excuses pour ne pas le voir et une fois à court de bobards, faire la morte.

__________________

J’ai commencé hier à me questionner sur l’efficacité de mes antidépresseurs, je me suis demandé s’il était possible que mon corps s’y soit déjà habitué et qu’ils n’aient plus aucun effet sur lui. Ça me ferait vraiment chier si c’était le cas. La déprime m’est retombée dessus ces derniers jours, les flashs reviennent dans ma tête, l’idée de me faire du mal traîne encore dans les parages, aujourd’hui j’ai besoin de m’isoler, d’être un peu seule…